Syndicat SUD-AFP (Union syndicale SUD Culture & Médias Solidaires)

Accueil > Communiqués SUD-AFP > D’où vient la prime de 115 € versée récemment ?

D’où vient la prime de 115 € versée récemment ?

jeudi 8 décembre 2016

PDF - 178.1 ko
Tract imprimable
PDF - 302.6 ko
English version

Presque tous les salariés statut siège, ainsi que les apprentis, contrats professionnels et une partie des CDD ont reçu avec leur salaire de novembre une « prime exceptionnelle » de 115 €, soit environ 90 € net. Certains n’ont rien remarqué, d’autres nous ont fait part de leur étonnement. Voici nos explications.

Une obole qui n’est pas tombée du ciel


Certes, ces 115 € ne sont pas le Pérou. On aurait souhaité qu’ils soient payés tous les mois, et pas seulement de façon exceptionnelle (« one shot »).

Ceci dit, un sou est un sou, c’est pourquoi SUD (comme deux autres syndicats) a signé l’accord NA0 2016 (Négociation annuelle obligatoire) [1], en vertu duquel cette prime a été versée.

Un geste pour quelques-uns ou une prime pour tous ?

Nous pouvons affirmer sans rougir que SUD a été le moteur de cette négociation salariale [2]. Comme nous l’avons déjà expliqué, la direction avait d’emblée déclaré qu’elle ne pouvait pas honorer sa promesse d’une hausse générale des salaires. Elle était toutefois prête à redistribuer une enveloppe de 230.000€ brut chargés, et proposait d’utiliser cette somme de la même façon que l’année précédente : en attribuant des primes et promotions à quelques-uns.

SUD s’est vivement opposé à cette solution. Nous avons réclamé que l’enveloppe - bien que trop mince - soit répartie de façon égale et solidaire parmi tous les salariés, sauf les directeurs. En l’absence de hausses générales depuis novembre 2012, les autres syndicats ont soutenu cette position, que la direction a fini par accepter.

Les apprentis, contrats pro et CDD également concernés

SUD a réclamé, et obtenu, que les jeunes et les précaires bénéficient également de la prime exceptionnelle, du moment où ils étaient sous contrat AFP au 1er novembre 2016. Condition supplémentaire pour les CDD, fixée par la direction : ils doivent avoir cumulé entre le 1er janvier et le 31 décembre 2016 au moins 3 mois de présence à l’AFP.

L’accord NAO prévoit par ailleurs une réévaluation du barème de piges de +0,75% à partir du 1er janvier 2017. SUD avait demandé chaque année l’amélioration du barème de piges qui est inchangé depuis 2009.

Disons OUI aux avancées et NON aux reculs

Au moment où le projet de Grand accord prévoit une dégradation brutale des conditions de travail à l’AFP, la Négociation annuelle obligatoire sur les salaires a donné à SUD une nouvelle occasion de mettre en pratique sa conception d’un syndicalisme attaché à la défense résolue des intérêts collectifs des salariés :

➢ SUD a toujours signé les accords qui apportaient des améliorations, même minimes. Mais il faut aussi savoir dire non, lorsque des accords sont contraires aux valeurs fondamentales de solidarité, de démocratie et de progrès social.

Ce principe simple devrait guider l’action syndicale, et surtout la nécessaire mobilisation du personnel, face aux projets funestes de la direction.


[1Texte de l’accord, ici : lien intranet Aurore

[2Cf. Les trois communiqués que nous avons publiés au cours de la NAO, voir notre site Internet