Syndicat SUD-AFP (Union syndicale SUD Culture & Médias Solidaires)

Accueil > Communiqués SUD-AFP > NAO 2016 : La direction révise ses promesses à la baisse

NAO 2016 : La direction révise ses promesses à la baisse

jeudi 29 septembre 2016

Lors de la 2e réunion de la Négociation annuelle obligatoire (NAO), le mercredi 28 septembre, la direction a révisé à la baisse sa promesse d’une hausse générale en 2016 faite il y a un an.

PDF - 143.1 ko
Tract imprimable
PDF - 133.7 ko
English version

Comme SUD l’avait annoncé, le gel des barèmes sera prolongé pour au moins une cinquième année consécutive. Exit l’engagement écrit sur une augmentation de 0,75% en 2016 ? Oui. Mais la direction essaie de sauver la face avec une petite concession : prétextant de la situation financière dégradée (prétendument non prévisible !), elle ne veut pas s’engager pour 2017 mais envisage de débloquer les 230.000 € prévus dans le budget 2016, afin de faire un geste « one shot ».

Une prime exceptionnelle pour tous ?

Le DRH a estimé que cette somme pourrait être utilisée de la même façon que l’enveloppe identique des primes et promotions de l’automne 2015 : quelques rares passages à l’échelon supérieur, et des primes individuelles (la plupart « one shot »), y compris pour quelques salariés de statut local.

Face à cette hypothèse, les six syndicats au complet (CGT, SNJ, FO, CFDT, SUD et CFE-CGC) ont unanimement rappelé qu’ils étaient attachés à la défense des intérêts des salariés locaux mais que la NAO ne concernait que les salariés de droit français. Aussi avons-nous unanimement réclamé une mesure générale, au lieu de mesures individuelles pour seulement une partie du personnel, comme envisagées par le DRH.

SUD a précisé cette demande. Nous souhaitons que les 230.000 € brut (chargés) prévus dans le budget 2016 soient utilisés comme suit :

  • Une prime « one shot », égale pour TOUS les CDI statut siège.
  • Les CDD, pigistes, apprentis... doivent pouvoir bénéficier de cette mesure selon des modalités à négocier.

Cette proposition reviendrait pour les CDI à une prime d’environ 150 € brut chargés, non pas mensuels, mais payables en un seule fois. Le nouveau directeur-général Fabrice Lacroix s’est montré peu enthousiaste face à cette solution qu’il a qualifiée de « saupoudrage ». Si les directeurs pensent, comme nous, qu’une petite rallonge exceptionnelle d’environ 80 € net est insuffisante, voire ridicule, ils sont invités à augmenter l’enveloppe prévue. Et s’ils veulent renoncer à leur part, pas de problème !

Pour les pigistes et les apprentis, la proposition que nous avions présentée lors de la première réunion NAO 2016 consistait à leur verser au prorata la prime unitaire mensuelle de 150 € que nous réclamions pour tous les CDI et CDD.

S’opposant à cette demande, la direction envisage une amélioration du barème de piges (gelé depuis 2009 !). Mais le DG a aussitôt ajouté que la direction ne pouvait pas garantir le maintien du budget global des piges en 2017. A une question sur le maintien ou non du « minimum garanti » dont bénéficient des pigistes très réguliers, le DRH a répondu : « Pas sûr ».

Toutes les autres demandes formulées par les syndicats (par exemple sur une hausse générale des salaires et une amélioration des plans de carrière) ne pourront être discutées que dans le cadre de du Grand accord, que la direction veut finaliser à la date limite du 9 février 2017. « Plus on se rapproche de la date de signature, plus les marges seront réduites », a averti M. Lacroix.

Enfin, SUD s’est associé à la demande de la SDJ « que le président (Emmanuel Hoog) lève le secret sur ses salaires, fixes et variables, ainsi que de l’équipe de direction ». Pas de réponse, évidemment.

La direction a promis de préciser sa position sur l’utilisation des 230.000 € lors de la prochaine réunion NAO, prévue le 19 octobre.

A suivre. De préférence avec le soutien actif du personnel.

Pour l’action syndicale intercatégorielle et combative, rejoignez SUD !

SUD-AFP