SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Hoog-2 : ce qui doit changer

Hoog-2 : ce qui doit changer

jeudi 4 avril 2013

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Version imprimable

Emmanuel Hoog vient d’être reconduit pour trois ans à la tête de l’AFP. Malgré un bilan en trompe l’œil, et en l’absence de concurrents de poids, le PDG sortant a reçu l’appui des pouvoirs publics et des patrons de presse. Une réélection sans surprise, et fruit d’un intense et coûteux travail de communication.

Le résultat de ce processus opaque n’a rien d’enthousiasmant pour le personnel. Seul avantage de cette reconduction : le PDG ne pourra plus se plaindre de la brièveté de son mandat et évoquer la dette sociale laissée par son prédécesseur Pierre Louette (indemnités congés payés, précarité, absence de dialogue social...).

Est-ce pour lui l´occasion de rectifier des erreurs ou va-t-il s’entêter à créer des faits accomplis et à prendre des mesures qui ne sont pas partagées par la majorité du personnel ?

Le personnel de l’agence se pose beaucoup de questions, auxquelles il faudra répondre rapidement.

  • Où va l’AFP ? Il faudra trouver un nouveau consensus sur le rôle de l’agence dans le paysage médiatique international, recentrer l’activité de l’AFP sur sa mission d’intérêt général, arrêter les dérives rédactionnelles, la com´ et le buzz. En somme, définir enfin une véritable stratégie.
  • Il faudra dire la vérité sur les finances de l’agence et sur les intentions du gouvernement français quant à la redéfinition de la relation entre l’agence et ses usagers (médias, État...).
  • Il faudra rompre avec la logique low cost, valoriser le capital le plus précieux de l’agence - son personnel - et revoir l’échéancier d’investissements trop lourds dont le financement n’est pas assuré (Iris, travaux au siège).
  • Le PDG devra clairement dire où il veut aller avec Iris, ce système informatique fragile et peu convivial, dont la conception découlait directement de l’"agence multimédia" du Plan Louette, abandonné en 2010.
  • Il devra changer l’équipe dirigeante qui s’est largement discréditée.
  • Au lieu de parler de dialogue social, il faudra le pratiquer, en ouvrant deux chantiers prioritaires :
    1/ les sous-effectifs et la précarité (plus de 20% de précaires en Métropole, plus de 30% à l’étranger),
    2/ la définition de droits démocratiques et sociaux communs à TOUS les salariés de l’agence, quel que soit leur statut (plus de la moitié des salariés sont employés sous statut local et ne bénéficient pas des mêmes droits que les salariés sous contrat français).
  • Enfin, à l’occasion de sa réélection, nous attendons aussi de M. Hoog des gestes pour corriger des décisions brutales prises par la Direction à l’encontre de plusieurs salariés, les jetant dans la précarité et la détresse.

Voilà ce que nous attendons de M. Hoog au moment où il entame son 2ème mandat. Sans illusions, toujours avec la même persévérance.

Paris, le 4 avril 2013
SUD-AFP (SUD Culture & Médias Solidaires)